ludmilla

  • Photos : ©Ludmilla Cerveny
Vous nous faites des échos ?
Captation sonore des échos au Musée de la Mine à Petite-Rosselle

WARNDT + garage poète
2021

Chaque jeudi de février à juin 2021, je me suis rendue au lycée Hurlevent pour échanger et créer avec les élèves. Mon projet de photographie documentaire sensible, coconstruit avec Julie Simon , professeure d’éducation aux médias et documentaliste, Fodil Sebia et Nathalie Müller-Schiller , tous deux professeur.e.s de Français Histoire-Géographie, est en deux volets : d’un coté le Warndt et ses paysages et de l’autre les ateliers au lycée. Pour le premier volet, Julie Simon a également proposé que les élèves participent en même temps au Prix Médiatiks « Vues de chez nous » organisé par le CLEMI.

L’aventure commence donc avec de petits groupes d’élèves pour des sessions de prise de vue dans le Warndt. Les professeurs, les élèves et moi nous parcourons ensemble ce grand paysage, nous en parlons, évoquant son évolution, son futur, racontant l’histoire de nos familles.

L’étape suivante est celle de l’éditing : choisir parmi la masse des images produites les meilleures et surtout fabriquer un ensemble cohérent pour construire la série de 15 images légendées pour le Prix Mediatiks.

Le confinement aura raison du rendez-vous hebdomadaire au lycée mais à sa réouverture, la première bonne nouvelle tombe, accompagnée de la deuxième quelques semaines plus tard : le reportage des élèves Warndt, pays noir (PDF) est lauréat académique puis national du Prix Médiatiks ! Fierté partagée par toutes et tous et multiples interviews presse et télé.

En parallèle, Nathalie Müller-Schiller, Julie Simon et moi proposons aux élèves deux exercices d’expression : le dessin d’une carte sensible et l’écriture d’un texte libre et poétique racontant tous deux leur Warndt. Ces éléments viennent nourrir l’édition alors en cours et l’exposition future à la médiathèque de Forbach. Ils sont mis en parallèle des images précédemment produites.

Puis le deuxième volet commence : Garage poète, un regard en clair obscur sur les ateliers techniques du lycée. Les élèves de Première se photographient alors mutuellement en train de travailler dans un ballet de flashs et de clics.

Je suis heureuse et fière de ce que les élèves ont réalisé, de ce qu’ils et elles nous ont donné, heureuse de mes échanges avec les professeur.e.s, heureuse de la portée de ce projet qui a eu des retentissements un peu partout.

Je pense que cette résidence a eu un certain pouvoir de transformation, tant chez les élèves, que chez les professeur.e.s et que chez moi. Nous avons toutes et tous vécu une expérience qui nous a changé, qui nous a appris à travailler ensemble, à unir nos regards et nos sensibilités pour fabriquer quelque chose que seul.e nous n’aurions pu. Nous avons investi mentalement et physiquement ces paysages, nous avons rempli l’atmosphère de nos imaginaires, nous avons peuplé l’espace de notre poésie.

Bilan complet sur demande

Couverture de l’édition papier de 210 pages, imprimée chez Blurb Inc.

16.11.2021

Reportage de TV8 (TV locale de l’Est Mosellan) diffusé dans le JT du lundi 15 novembre et réalisé par Kelly Peyron le jour du vernissage.

https://www.tv8.fr/ (lundi 15 à partir de 6’24)

documenter lunéville, 2017 – en cours

Depuis 2017, j’habite Lunéville dans la maison de feu ma grand-mère. C’est un choix, celui d’habiter dans une ville moyenne lorraine, considérée par les citadins alentours comme sinistrée, dépréciée parfois aussi par celles et ceux qui y vivent.

J’ai toujours aimé documenter où je vis, c’est pour moi un positionnement : ne pas honnir le familier et savoir rafraichir son regard.

Documenter Lunéville, du grand paysage aux petites herbes, en passant par les pavillons en ruine ou rutilant, le matrimoine et le patrimoine, sans commentaire ou jugement de valeur me permet de m’y glisser à ma juste place. Celle d’habitante qui essaie chaque année d’être plus citoyenne, de faire avec, les lieux et les gens.

C’est aussi un projet qui milite pour plus de marche à pied, dans notre quotidien, dans nos déplacements car marcher c’est penser, voir la vie, observer ce qui nous enveloppe, occuper et s’approprier l’espace public de son corps.

Cliquez sur les rectangles pour voir les promenades

Méhon & les petits chemins (2017)

Méhon & les petits chemins (2021)

La vezouze en crue

Depuis le château vers la Vezouze puis la Meurthe (presque jusqu’à Adoménil)

Rue de la Résistance, bords de la Vezouze

Première neige depuis les fenêtres de ma maison

Balade lecture Entre les rails … Entre les lignes

Cité Saint-Anne – Vezouze

Ancien manège des Gendarmes rouges et derrière le cimetière

Depuis la rue de la Résistance vers les hauteurs

Le château, les Bosquets, le château de la Favorite par une brumeuse journée d’octobre

L’église Saint-Léopold

Coupe en diagonale sur la ville

Les ruines du Cinéma Impérial par Virginie Goossens

Le centre historique de Lunéville

Abattage des tilleuls de la place des Carmes

Cliquez sur les rectangles pour voir les reconductions de vues (vedute)

Veduta 1
la Vezouze depuis le pont Chanzy vers l’Est

Veduta 2
la Halle à grains et la canal depuis le pont

Veduta 3
La Vezouze depuis le pont Chanzy vers l’Ouest

Vittel Promenades
2015

Disponible sur Blurb.

13.10.2021

L’exposition de restitution de ma résidence Création Partagée au lycée professionnel du Hurlevent à Behren-lès-Forbach se déroulera dans la galerie de la médiathèque de Forbach du 4 au 19 novembre 2021.

A cette occasion, outre les tirages de différents formats et supports, l’édition papier réalisée dans le cadre de la résidence sera présentée.

Tirages réalisés par Jean-Michel Egloff, professeur en Enseignes et signalétique au LP du Hurlevent et par Picto Paris.

Avec le soutien de la Direction Régionale des Affaires Culturelles Grand-Est.

Co-production : Lycée Professionnel du Hurlevent.



L’espace blanc

Ludmilla Cerveny construit des images. Ni dessins, ni photographies, l’artiste joue avec le vocabulaire propre à chacune de ces techniques pour créer son propre langage formel et esthétique. Chacune de ces images est construite par une succession de plans plus ou moins abstraits, dans lesquelles la lumière et les ombres jouent un rôle déterminant et nous confrontent à un espace intérieur, replié sur lui-même, que nous observons depuis l’extérieur. Les espaces sont vides et le corps humain en est totalement absent. Pour autant, la présence de halos de lumière, de chaises ou encore d’échelles nous renvoient l’image de territoires habités par une présence fantomatique de nos corps.


Observateur, le regardeur l’est également dans les maquettes / sculptures que Ludmilla Cerveny crée. Des volumes dans lesquels nous ne pouvons pénétrer ni même nous projeter tant les proportions et les échelles peuvent nous sembler disproportionnées – un sentiment renforcé par la présence de reliques personnelles de l’artiste qu’elle dispose dans chacune de ces cabanes.


En s’attachant à revenir à l’essence de la photographie (en questionnant les notions de cadrages et de lumières), mais aussi à celle de l’architecture (en construisant des abris et en imaginant des espaces de circulations), l’artiste parvient à tirer le meilleur de chacun des médiums qu’elle utilise en redonnant à chacune de ces images leurs fonctions contemplatives.

Alex Chevalier, L’espace blanc, novembre 2016

14.08.2021

Le centre d’architecture arc en rêve m’a donné carte blanche cet été pour une série photographique sur l’arbre dans la métropole bordelaise.

La série sera présentée dans le cadre de l’exposition collective Arboretum, l’arbre comme architecture à arc en rêve du 23 septembre 2021 au 23 janvier 2022 avec les travaux de Baukuh group, Ludmilla Cerveny, Cesare Leonardi et Franca Stagi, Duncan Lewis / Édouard François, Ludwig Mies van der Rohe, Richard Neutra, Office Kersten Geers David Van Severen, SITE / James Wines, Álvaro Siza, Alison & Peter Smithson, Suzuko Yamada …

Plus d’infos : arcenreve.eu/exposition/arboretum

thermes
2018

Reconstitution simplifiée et interprétation libre de la salle du bain tempéré des Thermes de Plombières.

image de référence

19.05.2021

Lauréats Prix Médiatiks catégorie reportage photo

Les élèves de Première Mécanique Automobile sont lauréats académiques et nationaux du Prix Médiatiks 2021 catégorie reportage photo avec une partie des images produites pendant ma résidence Création Partagée !

Depuis le coin gauche dans le sens des aiguilles d’une montre : ©Clémentine, ©Jade, ©Kilian, ©Yasra ©Divine, ©Léo.

habiter (mon quartier, mon école, ma maison)
2020

Ce projet s’est construit avec Manuel Durand, l’instituteur de la classe de CM2. L’objectif de cet atelier était de réinvestir la lecture des paysages du quotidien de l’élève et la découverte de son environnement proche.

Pour ce faire nous avons travaillé l’environnement familier des élèves : le quartier Niederbronn.

Après présentation de l’atelier et de quelques clés sur la photographie (cadrage, lumière, composition, couleurs, etc), nous avons entamé la prise de vue par la cour de récréation.

Les séances suivantes leur ont permis de photographier le quartier et leur maison.

L’étape suivante a été la sélection pour chaque élève de 3 photographies à retravailler sur un logiciel simple d’utilisation et libre Photofiltre.

La dernière séance a été consacrée à la mise en espace des images en vue d’une exposition à l’école.

Bilan pédagogique sur demande.